Les relations homme-Dieu La sphère affective début de page La sphère affective L'instinct domestiqué Au début de l'humanité la sexualité n'est qu'une pulsion. Elle n'est pas un acte libre. L'homme domine la femme et cette domination se retrouve dans plusieurs domaines : - l'instrument de jouissance - la reproduction (enfants) - la production agricole - l'interdiction d'être instruite de la loi                Il n' y a pas d'égalité.  Humanité primitive Peu à peu, l'instinct est domestiqué. Dans le rapport apparemment le plus animal, apparaît le caractère le plus humain : la relation inter personnes… la vie sociale . Le couple assure la survie de l'espèce mais hommes et femmes ne font pas n'importe quoi. La prohibition* de l'inceste* est une loi universelle. Un mariage ancien Dans la fusion de l'acte sexuel, apparaît simultanément la possibilité d'une troisième personne : l'enfant. Ainsi s'élargit le rapport homme-femme. La sexualité porte en elle l'altérité*. Elle est puissance de génération, de dialogue, d'ouverture et de dons entre parents. Et c'est sur ces bases que peut se construire la société. La sexualité assure au groupe la puissance du nombre et la continuité de l'humanité. L'homme participe ainsi à l'élan de la création. L'enfant, cet autre Mais la sphère affective va au-delà de la sexualité.  La famille L'institution du mariage codifie la sexualité et crée des liens sociaux plus étendus. Il y a ouverture du groupe, apparition de la famille et fondement de la société dans une perspective de continuité. A ce stade, le mariage n'était pas une institution oppressive il devait permettre la liberté de s'exprimer et le respect de l'autre. Naissance de la famille La relation interpersonnelle Plus tard, le mariage est ressenti comme une aliénation* réduisant la femme à la fonction reproductrice. Elle revendique alors, son statut de « personne » et transforme le rapport homme-femme en relation interpersonnelle. Ce bouleversement vient de la prise de conscience d'un amour mutuel. L'acte sexuel, humanisé par l'amour, donne une autre dimension à la vie. Cette revendication se trouve déjà dans la Bible. C'est toute une histoire…  L'amour mutuel Le rapport homme-femme Dans le récit de la création Ève* est présentée non pas comme une créature au même titre que les végétaux ou les animaux, mais comme une réponse de Dieu au besoin d'amour d'Adam*. L'humanité vient du désir de l'homme et de la femme , faits l'un pour l'autre, pour l'amour. Et Dieu créa l'homme « homme et femme Il les créa » « La Bible de Jérusalem pour tous » avec l'aimable autorisation des Éditions du Cerf. Et de nos jours… Pour les chrétiens, l'amour humain est le reflet de l'amour du Christ, de Dieu le père pour l'humanité. Symbole de cet amour, le mariage catholique est sacré. Comme l'homme et la femme sont liés, le Christ est lié à l'humanité par l'incarnation (Dieu s'est fait homme en passant par la femme). La sexualité concerne à la fois le corps et l'esprit, leur dialogue construit la personne . On ne peut se constituer seul, la relation aux autres est indispensable. Et les prophètes disent même que la relation femme- homme est analogue à la relation Dieu-humanité. Signe de la relation d'amour homme-Dieu, la sexualité est un moyen privilégié de dialogue. La naissance de Jésus Et ils ne firent plus qu'une seule chair Et le Christ, qu'en dit-il ? Son attitude vis à vis des femmes bouleverse les mœurs de l'époque. Non seulement il aborde les femmes avec respect et liberté mais elles-mêmes sont libres et à l'aise avec lui. Elles n'ont pas peur de lui.                             Jean(4, 4-29)  La Samaritaine parlant avec Jésus (Les juifs ne voulaient rien avoir de commun avec les samaritains qui ne venaient pas prier à Jérusalem et refusaient de payer l’impôt religieux !) En son temps, en cas d'adultère* seule la femme était condamnée ! Jésus dit que désirer la femme d'un autre, c'est déjà commettre l'adultère. L'homme est donc aussi concerné ! Lui-même n'a pas besoin du désir pour aimer.                          Jean(8, 3-11)  Jésus et la femme adultère: « Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre ! ». Comment cela se fait-il ? Le Christ, comme le Père, est l'amour même. Il ne demande rien, donne tout et libère.  Alors les femmes ne craignaient rien. Elles avaient avec lui une relation de confiance et de fraternité . La cananéenne demandant à Jésus de guérir sa fille Le Christ est le frère qui aime d'un amour absolu, jusqu'à donner sa vie pour l'autre. Et pour nous, aujourd'hui ? Il épanouit la relation affective de l'homme en lui donnant une dimension spirituelle. Le crucifiement de Jésus (croix de Sibenik)